28 Sep 2015

Samedi 3 octobre – Mobilisation nationale sur la fin de vie dans les 13 grandes régions

Le mouvement Soulager mais pas tuer appelle à manifester le samedi 3 octobre devant les 13 préfectures des nouvelles régions de France. Alors que la proposition de loi sur la fin de vie arrive sans amélioration en seconde lecture à l’Assemblée nationale, l’objectif est double : alerter sur les dangers contenus dans le texte de loi et exiger la mise en place du plan de développement des soins palliatifs, promis et sans arrêt reporté depuis 2012.

 

Devant la préfecture d’Île-de-France :

 Le samedi 3 octobre à 11h30,   5, rue Leblanc – PARIS 15e

(RER C : pont du Garigliano et métro Balard – ligne 8)

 

Et devant toutes les préfectures des nouvelles régions :

Retrouvez tous les lieux de mobilisation en cliquant sur ce lien

 

 

Alors que de nombreux Français souffrent des inégalités d’accès aux soins palliatifs, des délégations des départements de France se rassembleront simultanément devant les 13 préfectures de région pour mettre les pouvoirs publics devant leurs responsabilités.

Pour Tugdual Derville, l’un des porte-parole de Soulager mais pas tuer : « A quelques semaines des élections régionales, notre choix de nous rassembler dans les 13 villes-préfectures est symbolique, car il existe, en matière d’accès aux soins palliatifs, une discrimination injuste entre les usagers de la santé selon les régions. S’il veut vraiment lutter contre le mal mourir, c’est dans ce domaine que le gouvernement doit passer des paroles aux actes. Le plan de développement et de rééquilibrage qu’il n’a cessé de promettre ne vient pas.

 

Au lieu de mobiliser les moyens indispensables aux soins palliatifs, il persiste à imposer son texte de loi sur la fin de vie qui est à la fois inutile et dangereux. Car, avec la ‘sédation profonde et continue jusqu’au décès’ assortie d’un arrêt d’alimentation et d’hydratation, la France basculerait sur la pente glissante de l’euthanasie. C’est maintenant qu’il faut se mobiliser pour éviter des pratiques d’euthanasies masquées, déguisées en soins palliatifs. »

Le mouvement Soulager mais pas tuer s’est fortement investi à chaque étape parlementaire pour souligner les dangers contenus dans la proposition de loi actuelle et proposer des améliorations.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *